A comme HARDY EvA

Déclenchez d’abord la lecture de la vidéo, puis lisez le texte ou écoutez l’audio, à votre convenance.
Pour votre confort, chaque lecteur a son propre réglage du niveau sonore, jouez avec les curseurs pour créer votre ambiance.
Voici l’audio correspondant: (insérer audio)
Et le texte est en-dessous, si vous préférez lire.
Profitez bien!
***

Bordeaux, le 1er Novembre 2020.

Chère Eva,

Tu sais comme moi que la Toussaint est propice à la connexion entre les mondes, mais je ne m’attendais pas à avoir de tes nouvelles de cette façon ! Laisse-moi te raconter…

Hier samedi, j’ai reçu un colis de la part de Maman. Elle n’avait pas prévenu de cet envoi, aussi l’ai-je ouvert avec une grande curiosité (avec gourmandise aussi, parce qu’elle glisse toujours des sucreries dans ses paquets). Effectivement, j’ai trouvé de la confiture et des gaufrettes ! Mais pas que… Le colis contenait une chemise cartonnée ayant appartenu à ma tante. Comme il portait la mention « Droit pénal », je l’ai écarté, pour me concentrer sur l’ouverture du paquet de gaufrettes, et je ne l’ai ouvert que ce matin, jour de Toussaint donc. La chemise contenait des notes manuscrites de généalogie, des arborescences et aussi des dessins d’arbres. Je n’ai pas reconnu l’écriture, et Maman n’a pas su me dire non plus qui avait produit ces documents.

Quoi qu’il en soit, j’ai parcouru les feuillets. Mon œil bondissait d’une information à l’autre, scannait les données pour, dans un coin obscur de ma mémoire, comparer avec ce que je savais déjà. A l’issue de ce balayage rapide, trois sujets ont retenu mon attention :

  • Tout d’abord, le couple formé par Charles FRANCOIS et Marie-Anne CLAISSE, dont je suis l’une des arrières-arrières-petites-filles. Les documents se focalisent sur la descendance de ces deux personnes. On dirait bien qu’on me tend la perche pour étudier ce couple !
  • Ensuite, il y a Laure HUYNE, la tante de Papy. La résonance de mon prénom fait sens, alors qu’aucune de mes aïeules directes ne le porte. Je n’ai jamais eu d’écho sur cette femme… A creuser, donc.
  • Et puis, il y a toi, chère Eva. Tu es morte le 15 mars 1973, alors que je vivais depuis un peu plus de trois semaines. Tu as quitté le signe des Poissons comme je venais d’y entrer, cela m’intrigue. Il y a peu de correspondance de cette nature dans ma généalogie, cela m’interpelle, forcément.

Alors qui es-tu Eva ? Et d’abord, que sais-je déjà ? Voici le point de départ de mon enquête…

Mon logiciel de généalogie me renvoie les dates des trois évènements majeurs de ta vie, naissance, mariage et décès. Je sais donc qui sont tes parents, ton mari, et aussi tes enfants, puisque ton fils est un de mes grands-pères, mais je ne m’y attarde pas. Je suis bien plus intéressée par ce que j’ignore encore !

Je lance alors une requête massive sur le web, directement depuis le logiciel. Une fois les onglets stériles refermés, il me reste une jolie pépite… qui commence par un clin d’œil du destin sur la date de l’article ci-dessous. Il est extrait du journal L’Egalité de Roubaix-Tourcoing du 2 novembre 1925, il y a quatre-vingt-quinze ans, quasiment jour pour jour. Si tu voulais attirer mon attention, c’est gagné !

Et alors ? Qu’ai-je appris ? Si je m’y attendais…

Ah aaaah… Tu nous avais caché ça, Eva… C’est pas joli joli… Franchement, trente pour cent d’eau dans le lait, tu y es allée un peu fort, non ?

A presque un siècle de distance, ça me fait sourire. Bien que mon époque comporte elle aussi son lot de scandales alimentaires, l’échelle n’est pas tout à fait la même, ta ferme était loin d’avoir la dimension de nos géants agro-alimentaires actuels. Certes, ça reste malhonnête mais, je ne sais pas, quelque chose en moi a envie de te trouver des circonstances atténuantes. D’après Maman, Mamy (ta belle-fille) n’était pas tendre avec toi, alors peut-être aimerais-je faire disparaitre l’anathème… J’imagine qu’à l’époque il n’a pas dû être simple de faire face à la justice d’une part, puis au jugement du voisinage et de la famille ensuite. Pourquoi as-tu fait cela, Eva ? Qu’est-ce qui t’a poussée à voler tes clients ? L’appât du gain cache souvent la peur de manquer… De quoi as-tu manqué, Eva ? D’argent ? De nourriture ? D’amour ? Et si la minute du jugement contenait des réponses?

Nous sommes confinés, les services d’archives sont fermés, alors je note dans mon carnet, pour plus tard :

« HARDY Eva – Rechercher jugement 14/10/1925 tribunal correctionnel Valenciennes – AD Nord ».

Cet article a 4 commentaires

  1. Clarisse

    C’est fascinant !!! Merci!

  2. Caro

    Quand on sait que j’ai aussi été dans le commerce du lait… ça m’a fait sourire !
    Merci pour cette découverte 💖

Laisser un commentaire