D comme DAGUENEAU Louise

Déclenchez d’abord la lecture de la vidéo, puis lisez le texte ou écoutez l’audio, à votre convenance.

Pour votre confort, chaque lecteur a son propre réglage du niveau sonore, jouez avec les curseurs pour créer votre ambiance.

Voici l’audio correspondant:

(insérer audio)

Et le texte est en-dessous, si vous préférez lire.

Profitez bien!

***

Bordeaux, le 4 Novembre 2020.

Chère Louise

D’emblée, pardon si je vous vouvoie alors que j’ai tutoyé les trois ancêtres à qui j’ai écrit avant vous. Je ne saurais expliquer pourquoi vous avez ce traitement particulier, mais ce Vous est si spontané que je n’ose m’en écarter.

Je vous écris aujourd’hui car, d’une part, vous êtes une de mes aïeules du côté paternel, à la cinquième génération, et d’autre part parce que votre nom de famille est DAGUENEAU, ce qui m’arrange puisque ce courrier doit évoquer la lettre D. Dagueneau… D… vous voyez ? Voilà voilà…

Vous avez épousé Auguste RICHARD à Cosne-sur-Loire (à côté de Bourges) en 1874, âgée de dix-huit ans, mais je ne sais rien de votre vie d’avant. Pourtant, je suis curieuse car votre acte de naissance indique le moulin du Gué Botron.

Et alors là, j’adore ! Ca a un côté bucolique tout à fait charmant, non ? Allez-y, fermez les yeux et prononcez : « le moulin du Gué Botron »… Rrrrr… Je me vois bien me faire masser les pieds sur la berge, pas vous ? Hum, pardon, je m’égare…

Bon, et d’abord, c’est où, ce moulin du truc ? Grâce au site IGN Remonter le temps, je trouve assez rapidement que c’est sur la commune de Saint-Père, à côté de Cosne, où ont vécu mes grands-parents paternels.

Je zoome vite fait pour identifier le bâti actuel :

Et je me rends compte que les moulins sont positionnés sur le Nohain. C’est la rivière qui passe chez Mémé ! De fait, en y regardant de plus près, cette maison, qui est toujours dans la famille, sur la commune de Cosne, se trouve à 2 kilomètres par la route de Donzy (encore un D, tiens).

Mais je reviens au moulin de votre naissance, Louise. J’ai ensuite consulté les archives départementales de la Nièvre pour dénicher une vue du cadastre du XIXème siècle. Il y a nettement moins de maisons !

Quelques manipulations dans mon logiciel de dessin me permettent d’identifier, sur le plan actuel, les bâtiments existants déjà au XIXème siècle :

Finalement, ça ne s’est pas tant construit que ça…

Louise, ton papa est mentionné comme journalier au petit moulin du Gué Botron (rhoo ben dis donc je te tutoie maintenant…), c’est-à-dire celui du haut sur cette vue. Ça me plairait bien que quelqu’un du coin m’envoie une photo du lieu aujourd’hui, pour que je puisse me faire une idée de la vie que tu as eue au bord du Nohain…

Louise je te laisse, d’autres lettres m’appellent. Dès que j’ai une photo des lieux aujourd’hui, je te l’envoie !

Je t’embrasse affectueusement,

Laure

Cet article a 4 commentaires

  1. Caro

    Mais c’est dingue !!! Tout ce que tu trouves !!!
    Encore… 😁

    1. Laure Martin

      Alors ça, les recherches sur les lieux, j’adore ! Vous en faites aussi Christiane?

Laisser un commentaire