La possibilité de choisir

J’ai réalisé ce soir que je n’avais jamais véritablement aimé. Je ne crois pas avoir permis à qui que ce soit, au moins une fois, d’être ce qu’il avait envie d’être, sans que je ne ressente soit de la satisfaction car il était conforme à mes attente, soit du rejet car il ne l’était pas.

Quelle tristesse de sentir à quel point j’ai lutté contre ce qui était… Ma vie entière a été une lutte… Une succession de reproches jetés à la face du monde, des autres, de moi. Car, bien sûr, la lutte était dans mon coeur.

Sauf en mes premières années, où le monde autorise encore un peu la spontanéité, j’ai passé ma vie à désirer autre chose que ce qui était là. Sans conscience aucune du fait que, ce qui était là, l’était car je l’avais désiré.

J’ai lutté contre ma propre création, inconsciente de ma responsabilité.

La quête touche à sa fin. Je n’ai plus rien à découvrir ou à connaître de moi, ce Moi figé et fantasmé d’une femme idéale, inatteignable par nature. Je peux passer à la création maintenant.

A chaque instant, j’ai la possibilité de choisir qui j’ai envie d’être. J’ai exercé ce pouvoir avec une grande inconscience jusqu’à maintenant, et j’ai très envie de voir ce qui va émerger, alors que j’autorise enfin ma conscience à prendre part au jeu.

Laisser un commentaire