Pulsation

Aaaargh…

Agitée dedans! Un énorme désir de faire, de bouger la matière, une sorte de fébrilité. Oh je la connais, cette énergie! C’est grâce à elle que je fais mon ménage, comme ça, d’un coup, après des semaines d’élevage intensif de moutons sous-plumardiens. Sauf que là… je n’ai pas envie de faire le ménage…

J’ai envie d’échanger, de partager, de créer pour les autres, vers les autres.

J’ai envie de sortir de moi et de courir le monde en riant. J’ai envie de toucher chaque personne croisée, de la prendre dans mes bras, de la serrer serrer serrer jusqu’à ce qu’elle dise stop, de la regarder dans les yeux, et de lui dire que je l’aime. Et passer à son voisin, sa voisine, et recommencer!

Rhaaaa… Ce sentiment d’impuissance!

Comment, depuis ma maisonnette bordelaise, comment puis-je canaliser cet amour infini. C’est encore autre chose que de l’amour, d’ailleurs. Ce n’est pas de l’amour que je veux donner, ce sont des mots d’amour. Ces Je t’aime si savoureux…

On les croit immatériels, les mots, mais c’est foutrement faux! Lorsqu’ils sont écrits, ce sont des particules de matière déposées sur de la matière, et chargés de l’énergie de la personne qui les a posés là. Lorsqu’ils sont dits, l’énergie du parleur entrechoque les molécules d’air jusqu’aux oreilles de l’entendeur.

Et quel entendeur? Qui es-tu, toi qui lit ou entend ces mots? Que sais-je du chemin qui nous lie toi et moi? Par quel miracle des aiguillages universels mes pensées te parviennent-elles? Et lorsque tu les reçois, crois-tu qu’il n’y ait que les molécules de matière entre nous?

Je crois à la magie du cœur.

Je crois que cette chose qui bat dans ma poitrine est bien plus qu’un muscle. Pourquoi bat-il? Techniquement, j’entends. D’où vient l’énergie primordiale qui pousse cet obstiné, encore et encore, à insuffler la vie dans mon corps? Et cette énergie, est-elle la même pour toi, qui m’entend, me lit, me regarde maintenant?

Fondamentalement, oui, je crois que c’est la même énergie, la même pulsation.

Celle des étoiles.

Qui rythme les mouvements des planètes.

Qui enflamme les tambours.

Qui soulève les enfants.

Qui extasie les amants.

Nous sommes liés par ce battement puissant qui gonfle nos poitrines.

Je t’aime tant…

Laisser un commentaire